Le ministre de l’Éducation nationale a lancé le projet d’Amélioration des performances de travail et d’entreprenariat (Apte) Sénégal. D’une durée de 5 ans, il va concerner 200 établissements du secondaire et 50 écoles de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Le Centre de développement et d’éducation (Edc) et la Fondation MasterCard ont lancé le projet d’Amélioration des performances de travail et d’entreprenariat (Apte) Sénégal. D’un montant de 15 millions de dollars et d’une durée de 5 ans, il vise à développer les compétences dont les jeunes ont besoin pour obtenir un emploi ou monter une entreprise. Le projet cible plus de 30.000 jeunes sénégalais. Il va se concentrer sur 200 écoles du secondaire et 50 de l’enseignement technique et de la formation professionnelle à travers le pays. Dans ce cadre, des conseils d’orientation professionnelle et des services de transition vers l’emploi seront fournis aux étudiants. L’initiative prévoit également de former 1575 enseignants sénégalais. Ils sont chargés d’aider les jeunes des économies émergentes à développer les compétences dont ils ont besoin pour réussir.

Selon le ministre de l’Éducation nationale, ce lancement s’inscrit dans la mise en œuvre de la directive n°1 prise par le président de la République à l’issue du Conseil présidentiel de juillet 2015, lequel était consacré aux recommandations des Assises nationales de l’éducation et de la formation. « Ce projet est complètement aligné sur la vision et la politique définies par le gouvernement du Sénégal », a indiqué Serigne Mbaye Thiam, soulignant que les autorités sont dans une dynamique de prendre en charge les enfants hors du système éducatif (ceux qui n’ont jamais été à l’école ou qui l’ont quitté très tôt) pour assurer leur employabilité, base d’un entreprenariat fort. « Ce choix, porté sur notre pays, relèvera beaucoup de défis qui s’opposent à toute innovation. Le projet Apte Sénégal arrive au moment où un processus de réforme du curriculum de l’enseignement moyen secondaire est en cours à travers le Projet d’appui au renouveau du curriculum », a souligné le ministre qui a assuré aux initiateurs du projet « de la détermination du gouvernement à aller de l’avant grâce à [leur] appui pour la transformation de notre système éducatif et de formation afin de préparer les meilleures conditions de l’émergence de notre pays ». M. Thiam n’exclut pas une dissémination et une généralisation du projet Apte Sénégal. Car seules six régions (Ziguinchor, Kolda, Sédhiou, Kédougou, Diourbel et Thiès) sont concernées pour le moment.

LE SOLEIL

%d blogueurs aiment cette page :